SOLLERS Philippe Blog

18 janvier 2010

Barthes et Lanzmann

Classé sous Non classé — sollers @ 10:2

Semaine du 18 au 22 janvier 2010  
                           sur FRANCE CULTURE de 10h à 11h
Barthes et Lanzmann rb005.vignette Les nouveaux chemins de la connaissance
 par Raphaël Enthoven
 Roland Barthes


 

Mecredi 20 janvier 2010 sur ARTE à 20h35
Shoah
(France, 1985, 262mn)
Réalisateur : Claude Lanzmann

À l’occasion du 65e anniversaire de la libération d’Auschwitz, le 27 janvier 1945, ARTE rediffuse intégralement, en deux fois, l’oeuvre monumentale de Claude Lanzmann.

« L’action commence de nos jours à Chelmno-sur-Ner, en Pologne. À 80 kilomètres au nord-ouest de Lodz, au coeur d’une région autrefois à fort peuplement juif, Chelmno fut en Pologne le site de la première extermination de juifs par le gaz. Elle débuta le 7 décembre 1941. Quatre cent mille juifs y furent assassinés en deux périodes distinctes : décembre 1941-printemps 1943, juin 1944-janvier 1945.
Le mode d’administration de la mort demeurera jusqu’à la fin identique : les camions à gaz. Sur les quatre cent mille hommes, femmes et enfants qui parvinrent en ce lieu, on compte deux rescapés : Mikael Podchlebnik et Simon Srebnik. Celui-ci, survivant de la dernière période, avait alors 13 ans et demi : son père avait été abattu sous ses yeux, au ghetto de Lodz, sa mère asphyxiée dans les camions de Chelmno. Les SS l’enrôlèrent dans un des commandos de « juifs au travail » qui assuraient la maintenance des camps d’extermination et étaient eux-mêmes promis à la mort… »
(Extrait du texte d’introduction diffusé au début du film) 

La mémoire au présent 
Claude Lanzmann a retrouvé des rescapés juifs des camps d’extermination. Il a traqué les nazis qui se cachaient et réussi à les filmer clandestinement. Il est retourné sur les lieux, dans les villages limitrophes de Chelmno, Ponari, Treblinka, Sobibor, Auschwitz, pour interroger les témoins polonais.
Ni fiction – tous les protagonistes ont été en contact direct avec les camps -, ni documentaire – il ne s’agit pas d’une compilation de souvenirs -, Shoah est avant tout un film de la mémoire (Claude Lanzmann parle, lui, d’ immémorial ) qui abolit la distance entre le passé et le présent. Sans recourir aux documents d’archives – il n’y a pas un cadavre dans cette oeuvre pétrie de mort – ni aux  « images chocs », Shoah ( « anéantissement », « destruction », en hébreu) démonte les rouages de la  « solution finale ».
« Nous avons lu, après la guerre, quantité de témoignages sur les ghettos, sur les camps d’extermination ; nous étions bouleversés, écrivait Simone de Beauvoir en 1985. Mais, en voyant aujourd’hui l’extraordinaire film de Claude Lanzmann, nous nous apercevons que nous n’avons rien vu. Malgré toutes nos connaissances, l’affreuse expérience restait à distance de nous. Pour la première fois, nous la vivons dans notre tête, notre coeur, notre chair. (…) Jamais je n’aurais imaginé une pareille alliance de l’horreur et de la beauté. »

4 Réponses à “Barthes et Lanzmann”

  1. alexisbrunet dit :

    Bonjour,

    Je n’ai pas vu le documentaire « Shoah ». A la place, et pour gagner du temps, j’ai lu le livre du même nom qui en reprend l’intégralité des dialogues.
    ça se lit en une après-midi pour ceux qui ont le temps. C’est édifiant, truffé de détails, de choses que l’on n’imagine pas forcément, même quand on est berçé par « le devoir de mémoire » et ses commémorations ; bouleversant. La vérité, rien que l’innommable vérité, à l’heure où les révisionnistes de l’histoire tentent de diffuser leurs doutes.

    nb : Philippe Solers, je n’ai pour le moment lu aucun de vos bouquins, je tenterai de le faire rapidement.

    Alexis

    Dernière publication sur Actualités, Opinions, Lecture et présentation de mes ouvrages de fiction. : La garçonnière (Hélène Gremillon)

  2. Basilic22 dit :

    J’ai assisté avec plaisir à l’émission La Grande librairie, hier soir, où vous étiez invité. Je viens de rédiger sur mon blog un article concernant le problème du plagiat, qui était évoqué à un moment … Lisant actuellement votre Casanova avec plaisir, je vous invite à passer le lire.
    Vous êtes resté prudent dans ce débat et avez dit des choses très justes…j’ai un avis sur la question qui est plus global, plus général que procédurier…les tribunaux de toutes les inquisitions ont encore de beaux jours devant eux, et surtout ceux de l’Inquisition « économique »…
    On aimerait vous entendre plus longuement débattre des choses de l’esprit sur nos ondes…
    Bonne journée monsieur Sollers.

    Dernière publication sur FICTIONS et FRICTIONS : Bruxelles ciblée, Bruxelle brisée, Bruxelles martyrisée...

  3. Basilic22 dit :

    Appris et révisé plein de choses ce matin car j’ai pu écouté Raphaël sur France culture(franchement, Carla n’a pas très bon goût… de lâcher la belle prise pour l’ombre…). Bref…foi de sorcière…
    Adoré ce moment où il (Raphaël) a rappelé que les USA, c’était « le sexe partout sauf dans la sexualité »….alors qu’au Japon, c’était « le sexe dans la sexualité et nulle part ailleurs »…la jeune femme qui était spécialiste de Barthes a d’ailleurs vite modifié ce point de vue qui date finalement…(on n’arrête pas l’invasion de la bêtise) en disant qu’au Japon aussi, c’était maintenant comme en Amérique du nord…triste constat.
    Ou recyclage du sexe aussi…dans une société de la sexualité « durable »… Bref, merci pour l’indication de cette émission que j’ai écouté avec un véritable plaisir.
    Je cherche à présent sur la « parole », en me demandant pourquoi la « parole » était si négative pour Barthes, ( « la langue fasciste », oui, peut-être, mais la parole?…comprends pas…suis bête…)
    Merci encore…
    Malheureusement, demain, je vais au turbin…je vais donc manquer la fin….peut-être à réécouter quelque part…je verrai…

    Dernière publication sur FICTIONS et FRICTIONS : Bruxelles ciblée, Bruxelle brisée, Bruxelles martyrisée...

  4. Basilic22 dit :

    La « beauté » … tout de même, Simone aurait pu s’abstenir de jouer sa snob…même en alliant le terme au mot d’ »horreur »…ça fait chic ou quoi?
    L’abjection, oui…l’abjection la plus totale de l’homme quand il redevient bête…ce qu’il est, à mon sens, souvent…mais là, je m’égare…car j’adore m’égarer. Je SUIS la colère…
    Merci pour la référence à l’émission sur Barthes…travaillant, j’ai la tête dans le guidon…et peu de temps pour éplucher les programmes radio quand j’écris.

    Dernière publication sur FICTIONS et FRICTIONS : Bruxelles ciblée, Bruxelle brisée, Bruxelles martyrisée...

Laisser un commentaire

j'ai "meuh" la "lait"cture |
Les Chansons de Cyril Baudouin |
Malicantour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elfes, fées, gobelins...
| Pièces fugitives
| sosoceleste