SOLLERS Philippe Blog

  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2010

30 septembre 2010

 » Le Jeune Peintre « 

Classé sous Non classé — sollers @ 13:2

Saturation 

Supposons que le Président, peut-être poussé en douce par son épouse, en ait marre et annonce, après un remaniement gouvernemental forcément raté, qu’il ne se représentera pas en 2012. Quelle crise, quel vide immédiat ! Comment, pas de Sarkozy aujourd’hui, ni demain, ni après-demain, sauf quelques reportages sur sa nouvelle vie luxueuse dans les Emirats ou en Amérique ? Plus personne à attaquer, à contester, à déstabiliser ? L’anti-sarkozysme étant une activité à plein temps, que vont devenir les médias ? Reste avec nous, ennemi adoré ! Ne fais pas baisser nos tirages ! Continue à remplir nos colonnes, à illustrer nos couvertures de magazines, à vampiriser la télé ! On te pardonne tout : l’affaire Woerth-Bettencourt, les Roms, les boucliers fiscaux, la réforme précipitée des retraites, la mauvaise image de la France dans le monde entier. Continue, continue, car comment s’intéresser sans toi à la triste vie politique ? N’abandonne pas les éditorialistes, les chroniqueurs, les caricaturistes, la droite et la gauche, qui ne pensent qu’à toi ! Tiens bon, Président ! Touche la nation ! Oublie les Européens craintifs, Angela jalouse, Obama envieux, tes ministres déboussolés, les intellectuels frustrés ! La France sans Sarkozy serait une morne plaine. Le peuple l’a élu et devrait le réélire maintenant. D’ailleurs, tout le monde l’a compris : le véritable horizon est 2017, 2022 ou 2027. Je vois d’ici les futurs prétendants. Auront-ils la force et l’énergie nécessaires pour ce boulot épuisant ? On l’espère. 

Religion 

La religion rend souvent fou, c’est une vieille histoire. La palme d’or de l’illumination revient quand même, ces temps ci, au pasteur protestant menaçant de brûler en public quelques centaines de corans. Obama le supplie de n’en rien faire, l’armée américaine aussi. Il est têtu, il insiste, il a pris goût à sa dimension soudaine de star. Les Américains éclairés (ça existe) soutiennent, par ailleurs, le projet de mosquée près de Ground Zero. En effet, si toutes les religions se valent, pourquoi l’islam n’aurait-il pas droit de cité sur des ruines provoquées par des fanatiques ? L’islam modéré est en marche (voyez la Turquie, il n’y a pas que l’Iran) et au nom de quel Dieu faudrait-il freiner ses progrès ? La mauvaise religion perverse, vous le savez bien, est la catholique et ses légions de prêtres pédophiles encore sur le terrain. Le pape n’en fait pas assez dans le repentir, et l’Angleterre vient de le lui rappeler avec fermeté. Le Vatican, un État ? Vous rigolez, un repaire de fantasmes. Le mariage des prêtres résoudrait-il le problème ? On le dit, mais rien n’est moins sûr. L’indignation gay est compréhensible: Benoît XVI ferait mieux de démissionner. 

Opération 

Il y a peut-être une solution radicale. Un jeune professeur de physique, dans un collège catholique français, décide de se faire opérer et de devenir une femme. Honnête, il prévient sa hiérarchie pour éviter un scandale. Celle-ci accueille sa décision avec compréhension et respect, les parents aussi, les enfants de même. Notre professeur s’appelait Vincent, il s’appellera désormais Martine. C’est mieux que s’il avait choisi comme prénom Ségolène, Cécilia, Carla ou Eva. Prendra-t- il, pardon, prendra-t-elle sa carte du Parti socialiste ? Pourquoi pas ? Son acte courageux pose quand même une question. Qui sait si le désir secret et profond des prêtres, surtout pédophiles, n’est pas d’être transformés en femme ? Une fois arrivés là, ils pourraient se marier et surveiller de près les petits garçons qui manifesteraient de dégoûtantes propensions à l’hétérosexualité. Soyons prudents, c’est juste une piste à suivre. Il faut faire avancer le débat. 

Monet, Manet, Picasso 

Qu’est-ce qui rapproche le merveilleux Claude Monet d’un artiste contemporain grotesque comme Murakami envahissant le château de Versailles ? Le directeur de Versailles vous l’expliquera. On n’a pas osé lui demander le montant exact de la transaction ayant conduit à donner un tel éclairage mondial de publicité à un entrepreneur japonais de dessins animés. Personne, dans un premier temps, ne voulait de Monet et personne ne voulait non plus de Manet, qui sera célébré en avril au musée d’Orsay. Mieux : la foule se rassemblait pour rire de L’Olympia ou du Déjeuner sur l’herbe. Il fallait monter la garde devant les tableaux pour les protéger. À la fin de sa vie très brève (il est mort à 51 ans), le splendide Manet disait : « Les attaques dont j’ai été l’objet ont brisé en moi le ressort de la vie. On ne sait pas ce que c’est que d’être constamment injurié. Cela vous écœure et vous anéantit. » J’ouvre la radio, et j’entends Michel Houellebecq réitérer ses étranges attaques contre Picasso : « Picasso, c’est juste un très mauvais peintre, un des plus mauvais de sa génération, il est très inférieur à Kandinsky, très inférieur à presque tous, Klee, Mondrian, presque tout le monde est supérieur à Picasso, même Dali. Non, c’est vraiment pas bon, ça, c’est clair que c’est pas bon. Ce que pense Philippe Sollers est intéressant, ç’aurait été aussi intéressant une polémique avec Muray (1), que j’ai eue d’ailleurs brièvement quand on se voyait, j’ai toujours dit que Picasso, ça n’allait pas. Y a pas de lumière, sa manière de voir le monde est stupide, il prend un des mouvements les plus stupides déjà, le cubisme, il est le pire des cubistes… Il est mauvais. » Bien entendu, l’obsession du charmant Houellebecq contre Picasso n’a rien à voir avec la peinture. Les réactionnaires puritains de tout poil ont toujours eu des problèmes avec l’incroyable liberté sexuelle de l’auteur des Demoiselles d’Avignon. Notre romancier réaliste social, futur prix Goncourt, ne fait là que relayer une longue série d’invectives, dont les plus spectaculaires ont eu lieu à la fin de la vie de Picasso, lorsque le public anglosaxon, épouvanté, a eu connaissance des éclatantes « Etreintes » du Minotaure. Un critique d’art anglais, officiellement homosexuel, écrivait alors : « Ces tableaux sont des gribouillages incohérents exécutés par un vieillard frénétique dans l’antichambre de la mort. » Passons. 

1 - Philippe Muray, Les Essais, Editions Les Belles lettres, 2010.

Philippe Sollers
Mon journal du mois
Le Journal du Dimanche n° 3034, du dimanche 26 septembre 2010.

5 septembre 2010

Picasso le héros

Classé sous Non classé — sollers @ 12:2

L’Oréal

Comment ne pas être fier d’être français quand nous avons L’Oréal, cette fabuleuse entreprise mondiale de cosmétique ? Tout est passionnant dans L’Oréal : ses origines troubles, sa vieille milliardaire inspirée, son artiste contemporain fastueusement traité, ses évasions fiscales, son île des Seychelles, ses enveloppes discrètes, son ministre préféré, ses intrigues domestiques, son drame familial digne d’un super-Balzac. Cela a été le grand feuilleton de l’été, et je l’espère qu’il recommencera à l’automne, débordant, et de loin, la rentrée littéraire. Certes, vous avez eu la Russie en feu, Moscou enfumé, la marée noire mal colmatée en Louisiane, les inondations au Pakistan et en Chine, les morts de la Love Parade en Allemagne, l’Iranienne menacée de lapidation (heureusement, Carla Bruni va arrêter ça), les remous provoqués par le projet de mosquée sur le site de Ground Zero à New York, mais l’affaire L’Oréal, c’est mieux, plus tordu, plus vicieux, une vraie coupe verticale géologique de la société française, avec même des moments charmants : les bibis de Mme Woerth, par exemple, sur les champs de courses. On vous a promené en Suisse, dans l’océan Indien, dans des hôtels particuliers, ou encore au Luxembourg et à Singapour. Les milliards tourbillonnent, s’évaporent, reviennent dix fois plus forts, se cachent dans des niches que les futurs retraités ne sauraient même pas imaginer. Qu’ils manifestent, ceux-là, qu’ils défilent, les banques et le gouvernement ne se laisseront pas intimider. L’Oréal ! L’Oréal ! De l’or ! Du suspense ! Des enregistrements secrets ! Des majordomes ou des comptables indiscrets ! Du sexe pas encore révélé ! Des médecins insoupçonnables ! Des avocats déchaînés ! Des photos inédites ! La suite, vite ! 

Sécurité

La parade du pouvoir n’a pas été longue à venir. Oubliez L’Oréal, la situation est grave. Vous voyez bien que la délinquance s’aggrave partout, et que c’est la faute aux socialistes, aux Roms, aux gens du voyage. Des milliardaires de gauche vous trompent, et, une fois de plus, le puissant lobby de Saint-Germain-des-Prés vous intoxique, vous, vrais Français d’origine française. Regardez ces laxistes irresponsables et d’un angélisme coupable, ils favorisent en réalité le trafic de drogue. Ils seraient de mèche avec les talibans qui tuent nos soldats que ça ne m’étonnerait pas. 

La gauche hypocrite feint de s’opposer aux réformes mais elle s’y pliera puisqu’elle n’a rien à proposer sur le plan sécuritaire. Ayez confiance, votre grand frère président vous protégera et son épouse people vous chantera, le moment venu, une douce berceuse. La planète est devenue épuisante, vous avez besoin de repos. Que les Roms aillent au diable ! Que les gens du voyage transportent leurs caravanes ailleurs ! Quoi, le pape n’est pas content, l’Eglise catholique fait la grimace ? Que ces braves gens s’occupent donc de leurs prêtres pédophiles ! Comme l’a dit jadis un grand professionnel de la poigne, le pape c’est combien de divisions ? 

Nouveau-nés

Malgré l’horreur physiologique qu’elles m’inspirent, j’ai tendance à admirer le sang-froid des mères criminelles françaises. La regrettée Marguerite Duras les aurait trouvées « sublimes, forcément sublimes ». Voyons: ces femmes très enveloppées n’ont l’air de rien, mais multiplient à l’insu de tous des grossesses, accouchent toutes seules, et éliminent aussitôt leur progéniture. On a eu ainsi les bébés dans un congélateur, on en est maintenant aux sacs en plastique. La presse nous prévient: le couple pris dans ce genre d’histoire est « avenant, serviable, poli, courtois ». La femme est aide-soignante, le mari est charpentier et membre du conseil municipal. Le curé du lieu, nous dit-on, est resté « hébété ». Un concept nouveau a pris corps, celui de « néonaticide ». Le plus étonnant est quand même l’extrême aveuglement des maris, au courant de rien, disent-ils, et l’éclairage brutal sur les coïts approximatifs de province. 

Houellebecq

Laissez tomber les romanciers américains surévalués : ils s’essoufflent, leurs livres sont barbants, leur domination s’achève. Vous avez mieux, en français direct, sous la main : le nouveau Houellebecq (1), excellent raconteur, roman noir, humour noir, où l’auteur se met lui-même en scène, et va jusqu’à décrire son propre et atroce assassinat dans des pages admirables de précision (on apprend ici beaucoup sur la reproduction des asticots). 

S’il y a une justice en ce monde, le prix Goncourt doit couronner cette œuvre puissante. La vision du monde de Houellebecq est toujours la même: tout le monde meurt, tout doit disparaître dans une apocalypse inévitable (au passage, j’apprends avec amusement que j’ai disparu depuis longtemps). Et puis soudain, à propos d’art, ce cri : « Picasso c’est laid, il peint un monde hideusement déformé parce que son âme est hideuse, et c’est tout ce qu’on peut trouver à dire à Picasso, il n’y a aucune raison de favoriser davantage l’exhibition de ses toiles, il n’a rien à apporter, il n’y a chez lui aucune lumière, aucune innovation dans l’organisation des couleurs ou des formes, enfin il n’y a chez Picasso absolument rien qui mérite d’être signalé, juste une stupidité extrême et un barbouillage priapique qui peut séduire certaines sexagénaires au compte en banque élevé. »

Ce message de haine est-il une plaisanterie ? Sans doute, mais ce n’est pas sûr. Il se pourrait, après tout, que ce jugement soit partagé par le ministre de l’Intérieur actuel, le Président lui-même, voire par le père du Président très mauvais peintre, dont on a pu voir l’exposition récente dans une galerie en face de l’Elysée. De même, il n’est pas exclu qu’une grande majorité de Français soit, au fond, d’accord pour censurer ces « barbouillages priapiques ». 

Il n’est donc pas inutile de rappeler qu’en avril 1940, la République française, avant l’arrivée des Allemands, a refusé à Picasso la nationalité française. C’était un délinquant anarchiste dangereux, et son engagement dans la guerre d’Espagne (Guernica) prouvait bien qu’il était d’origine tout à fait étrangère. Houellebecq va-t-il réussir à bloquer la montée irrésistible des prix de ses tableaux ? Attendons. 1 - La Carte et le Territoire, Editions Flammarion, 2010.

Philippe Sollers
Mon journal du mois
Le Journal du Dimanche n°3030 du Dimanche 29 août 2010. 

j'ai "meuh" la "lait"cture |
Les Chansons de Cyril Baudouin |
Malicantour |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | elfes, fées, gobelins...
| Pièces fugitives
| sosoceleste